Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 14:17

Il semble loin le Michel Gondry (L’écume des jours), qui eut un trait de génie avec Eternel sunshine of the spotless mind qui restera à tout jamais son chef d’œuvre et lui collera éternellement à ses basques, tant depuis il n’a jamais réussi à vraiment confirmer aussi bien. La preuve avec ce gentillet petit film pour préadolescents des années cinquante, sympathique mais qui manque cruellement de souffle.

Deux adolescents moyens de quatorze ans, mal dans leur peau se lient d’amitié. Daniel Guéret est baptisé Microbe pour sa petite taille, son apparence efféminée, et Théo Leloir est surnommé Gasoil, pour avoir toujours les mains sales d’huile avec sa passion des moteurs. A l’approche des vacances d’été, ils se lancent dans la construction d’un véhicule en forme de maisonnette avec un moteur à tondeuse à gazon. Une nuit, ils partent pour l’aventure par les petites routes de campagne.

Si à priori le récit se passe semble t-il de nos jours, tout respire avec un énorme décalage des années glorieuses d’après guerre, tellement l’état d’esprit est totalement hors du temps présent. Pour au temps, ce n’est pas désagréable, et même plutôt rigolo de suivre ces deux compères dont ne sais jamais réellement le degré d’amitié qui les lie. Les blagues potaches, et les péripéties s’accumulent avec amusement et facétie. Quelques longueurs, une ambiance un brin désuet limite naïf plane dans ce récit. Je regrette le final avec le coup de poing et le nez ensanglanté qui ne cadre tellement pas avec l’esprit du récit, ni avec la gentille subtilité du gamin.

La réalisation est propre et sans grand reproche, comme la mise en scène classique et maitrisée, avec des dialogues souvent vieille France inattendues qui donne un résultat sympathique sans pour autant marquer les esprits. La voiture maisonnette camping-car est rigolote et est un personnage à elle seule. Quelques petites longueurs trainent par moment le trajet.

Le duo Ange Dargent et Théophile Baquet (La nouvelle guerre des boutons) fonctionne à merveille, entre humour et émotion, de même de Diane Besnier, comme Audrey Tautou (Casse tête chinois) toujours aussi marquante. Les Vincent Lamoureux et Agathe Peigney, ou Douglas Brosset et Charles Raymond, comme des autres, le courant passe bien en règle générale.

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires