Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 17:19

2006 - Looking for Comedy in the Muslim World - Movie Set, - stock photoGrosse déception pour cette satire d’Albert Brooks, qu’il réalisa en 2005, quatre ans après les attaques des Twin towers qui nous ont tant traumatisés, en plus de toutes les horreurs et barbaries quotidiennes et encore plus depuis lors, dont la réflexion pertinente sur le sens de l’humour dans l’islam ou son absence devait donner à ce récit une vision critique et comique intéressante, hélas ratée.

Afficher l'image d'origineVieux comédien comique juif américain, entre deux castings infructueux, Albert Brooks se voit proposer par le gouvernement une importante mission. Il est chargé d’enquêter durant deux moi en Inde et au Pakistan sur ce qui fait rire les musulmans, et remettre un rapport de cinq cents pages. Avec deux aides de la CIA et Maya, une jeune indienne recrutée sur place. Albert va tenter d’interviewer les gens dans la rue, sans succès. Il se décide alors de faire son spectacle sur scène et invite 2006 - Looking for Comedy in the Muslim World - Movie Set, - stock photogratuitement des spectateurs lambda afin de noter leurs réactions. Un show qui reprend ses principaux spectacles qui ont fait sa renommée aux States. Il poursuit son enquête au Pakistan. Paralllélement, ses déplacements soulèvent bien des interrogations des deux pays ennemis qui bientôt envoient des troupes à la frontière pour un nouveau conflit armé.

2006 - Looking for Comedy in the Muslim World - Movie Set, - stock photoAutant abordé l’Islam d’un point de vue humoristique, s’il existait en l’occurrence, était intéressant, encore eut il fallu l’aborder avec un véritable sens de l’humour. A leur corps défendant, moi-même heureusement pas musulman je n’ai pas souri à une seule des blagues d’Albert Brooks tirées de ses spectacles Finding Nemo, Lost in America et Defending your life, tant elles sont affligeantes. Un temps, j’ai pensé que Brook nous faisait une démonstration inversée et plus subtile de l’américain tentant de se moquer de l’autre pour mieux rire de lui-même, ce qui eut été autrement 2006 - Looking for Comedy in the Muslim World - Movie Set, - stock photoplus drôle, mais toujours pas convaincant et surtout contre productif de l’équation de base : de quoi le monde musulman ri. Il aurait alors fallu approfondir le sujet, qui aurait révélé la philosophie religieuse basée sur un certains nombres de concepts, dont le rire est proscrit, comme bien des plaisirs de ce monde normalement humain. Et de fait, si le rire est le propre de l’Homme et qu’il adouci les mœurs, il y a un manque évident dans ce monde d’une religion barbare. De quelque manière que l’on retourne ce récit, tout se coince dans le nombrilisme égocentrique du réalisateur-acteur, Afficher l'image d'originevu pourtant avec justesse lorsqu’il évoque les sentiments des comiques dans une belle autocritique. Le personnage est ainsi particulièrement odieux et insupportable, jamais sympathique dont de surcroit les sentiments amoureux de la jeune femme non seulement peu crédible dans la démonstration, sonne de plus comme l’égo surdimensionné du réalisateur. Passé le premier quart d’heure prometteur et quelque peu amusant, très vite j’ai sombré dans l’ennui, tenté d’accélérer la lecteur rapide pour abréger mes souffrances. Après, il est possible que je n’ai cet humour de Brooklyn.

2006 - Looking for Comedy in the Muslim World - Movie Set, - stock photoAlbert Brooks (A most violent year) est inégal dans son jeu comme dans ses gags et répliques, quand la très belle Sheetal Sheth (The world unseen) est marquante, de même Amy Ryan (Chair de poule le film). Fred Dalton Thompson (Sinister) et Penny Marshall, comme la petite Emma Lockhart (Batman begins), et le caméo de Victoria Burrows, réellement chargée de castings.

2 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by bobmorane75 - dans Films
commenter cet article

commentaires